Communiqué de presse

La ministre Meryame Kitir rend visite à l'Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) en compagnie du couple royal

« Tout le monde a droit à une bonne santé.En coopérant avec l'INRB, nous misons sur le renforcement de la recherche et l'accès à la santé pour tous. Parce que nous ne serons en sécurité que lorsque tout le monde sera en sécurité. »

Le jeudi 9 juin, la ministre Kitir et le couple royal rendent visite à l'Institut National de Recherche Biomédicale à Kinshasa. Il s’agit d’un centre de recherche multidisciplinaire chargé du diagnostic, du traitement et de la prévention des maladies transmissibles. L'INRB travaille en étroite collaboration avec l'Institut de médecine tropicale (IMT) d'Anvers. Ce partenariat a conduit à plusieurs résultats de recherche révolutionnaires ces dernières années. L'INRB est également un allié important dans la lutte contre le Covid-19 sur le continent africain. La ministre Kitir indique : « Au travers de notre coopération belge au développement, nous soutenons leur travail et leurs recherches, car l'expertise locale non seulement profite aux populations locales, mais fait aussi progresser la science dans le monde entier. »

La coopération bilatérale avec l'INRB se concentre, entre autres, sur la détection de maladies tropicales graves, comme la maladie du sommeil. Grâce à leur intense coopération, l'INRB et l'IMT ont déjà franchi des étapes importantes pour pouvoir diagnostiquer cette maladie. Aujourd'hui, l'INRB produit des dizaines de milliers de kits de dépistage pour détecter la maladie et ainsi sauver des vies. De même, lors de la crise du Covid, la coopération bilatérale avec l'institut a été essentielle dans la lutte contre la pandémie. « Tout le monde a droit à une bonne santé. En coopérant avec l'INRB, nous misons sur le renforcement de la recherche et l'accès à la santé pour tous. Parce que nous ne serons en sécurité que lorsque tout le monde sera en sécurité », a déclaré Meryame Kitir.

Par le biais de l'INRB, la Coopération belge au développement soutient également un programme d'échange pour faire des étudiants congolais d'aujourd'hui les experts scientifiques de demain. La ministre Kitir : « Par le biais de l'Institut belge de médecine tropicale, nous soutenons la formation d'étudiants, de stagiaires et de chercheurs congolais ». Des centaines de Congolais ayant reçu une formation dans le cadre du programme belge sont aujourd'hui des spécialistes et des chercheurs dans leur propre pays et ils participent au renforcement de la science et de la santé au Congo.